Faites vos voeux !
Etherbrian
 
 
Richard Pak
 
Toute l'actualité de l'image Expositions virtuelles concoctées par BulBe... Propos d'artistes
Rechercher :
 

Rechercher
 
 
     
 



Index 
Index 
Index 
Index 
   

Retour à l'intro

Anonymes
Dossier réalisé par Sandrine Derym

 


Commentaires autour d'une photo d'Anne Deleporte
Les surfaces sensibles d'Anne-Lise Broyer
Portraits ivres de Serge Corrieras

 

Les moments flous de Nicolas Comment

Nicolas Comment possède un style photographique bien à lui. Des photos comme des rêves, à la Dolorès Marat mais en plus lumineux. Pour BulBe, il nous décrypte ses photos incognito...

Nicolas, comment êtes-vous devenu photographe ?
J'ai toujours pratiqué la photographie « clandestinement ». Au cours de mes études à l'université puis aux Beaux-Arts, je m'intéressais surtout au cinéma et à la vidéo.
J'ai toujours tenu à protéger cette pratique et gardais cela pour moi, intuitivement. Mais, j'ai profité du statut d'étudiant pour contacter des artistes qui m'intéressaient... Comme Bernard Plossu qui est vite devenu un ami ou Jun Shiraoka, Magdi Senadji. Puis, grâce à Patrick Le Bescont des éditions Filigranes qui à été un des premiers à s'intéresser à mon travail et à le publier, j'ai peu à peu commencé à montrer mes images...

Vos photos sont intemporelles, comme des petits morceaux de vie. Que recherchez-vous dans votre travail ?
J’aime bien dire que ma pratique est un « journal du regard » (pour reprendre le beau titre de Bernard Noël qui a écrit la préface de mon deuxième livre, Le Point). Je me tiens toujours au seuil de l'intime lorsque je photographie, précisément dans ces moments vacants, ces « instants quelconques », qui constituent souvent le plus clair (et le plus obscur) de mon temps... Mais très vite, à mesure que les images sont tirées, triées, ce jeu de photographies devient surtout pour moi un combinatoire de formes qui trouve de plus en plus sa justification dans « l’entre-image » (et donc le livre). Cette manière de travailler me permet de passer pour ainsi dire « derrière » ces photographies et d'accéder à un autre plan : celui de la fiction où un passage s'effectue de l'intime vers l'indifférence. Ces images, de la même manière qu'on transcrit l'oral par écrit, glissent alors vers une forme de récit : du simple journal intime on accède au roman. Quant à ce que ce roman raconte, je n’en sais à vrai dire rien, me contentant de distribuer des indices auxquels il ne m’appartient pas de donner sens...

Où trouvez-vous tous ces lieux anonymes ? Vous les recherchez ou se trouvent-ils sur votre passage ?
Ils se trouvent sur mon passage. Je déteste la préméditation. Je crois, comme le disait Denis Roche «à la montée des circonstances». Pour moi, chaque prise de vue est un coup de dés. Pourtant, je ne photographie pas n'importe où et réalise souvent mes images dans des lieux clefs : de la même façon que La Desserte (mon premier livre) était secrètement chargé d’un certain nombre de clins d’œil, Le Point (mon second livre) comporte lui aussi un certain nombre d’images référencées. Ces citations qui ne sont pas destinées à être appréhendées par le lecteur ni à inscrire mon travail dans une quelconque filiation qui serait, à vrai dire, bien anecdotique, sont en quelque sorte des secrets de fabrication et j’ai pris le parti par l’absence de légendes et de dates de ne pas donner à lire ces diverses clefs qui ne regardent que moi, et motive surtout mes prises de vues... Mais je crois assez – peut-être à tord ? – qu’elles chargent ces images (souvent vides) un peu à la manière d’une pile...

Avez-vous l'impression, par les thèmes et les endroits abordés, que vous êtes dans la peau d'un anonyme, incognito ?
Oui. Pour moi, la photographie est un art de la clandestinité . C’est l’art du retrait, du peu. L’art du repli...
Je crois que tout bon photographes se doit d’être un peu maquisard... (Bernard Lamarche-Vadel en parle très bien dans Ligne de mire.)

Vos projets ?
Je viens d’exposer une série de photographies autour de Jean Cocteau à la galerie 2yk de Berlin, qui sera reprise en décembre au Centre culturel Maurice-Eliot d’Épinay-sous-Sénart. (C’est une commande que j’ai réalisée l’automne dernier dans le sud de la France sur les traces du poète...)
Je prépare par ailleurs sous la forme d’une résidence hors-les-murs un travail autour de la mythique Aurélia de Gérard de Nerval. Cela devrait donner lieu à la publication d’un livre l’été prochain.
Par ailleurs, je vais participer à une exposition collective autour des rapports texte-image avec Bernard Noël, en Avignon, ce printemps.

 

Commentaires autour d'une photo d'Anne Deleporte
Les surfaces sensibles d'Anne-Lise Broyer
Portraits ivres de Serge Corrieras
 
  Tous droits réservés • Bulbe 2002 - 2021