Faites vos voeux !
Etherbrian
Adolescents !
 Adolescents !
 
 
Toute l'actualité de l'image Expositions virtuelles concoctées par BulBe... Sujets divers
Rechercher :
 

Rechercher
 
 
       


retour à l'index
retour à l'index
retour à l'index
 

Diptyque de nuit, juin 2003
Sandrine Derym
par elle-même

Je fais de la photographie à l’instinct. Lorsque je vois une scène dans la rue, sur mon chemin, j’ai comme un signal qui me dit que ce que je vois, je veux le conserver, le «capturer» selon mon angle. C’est un déclic, pour rester dans le vocabulaire de la photographie. Dans le cas des deux images ci-dessus, c’est la lumière qui m’a interpellée. Une ambiance aussi. Surtout que c’est une scène de nuit et l’atmosphère est toute autre. Car tout est possible la nuit, chaque silhouette ou coin de rue prend une autre allure. On m’a déjà fait remarquer que les pieds reviennent souvent dans mes images. C’est vrai que pour moi, ils sont synonymes d’une action – dans ce cas, l’attente par exemple – un état que l’on peut imaginer, une attitude pour ce qui est du reste du corps. Je préfère de même des cadrages non conventionnels, prendre les pieds plutôt qu’un visage par exemple. Ou décentrer un personnage comme sur l’autre image de ce diptyque.

J’aime aussi l’idée d’association dans la photographie, une image existe mais elle n’en ressort que mieux juxtaposée avec une ou plusieurs autres. C’est un effet de continuité qui me convient, comme deux souvenirs forcément mêlés pendant l’espace de quelques instants. La touche finale, la retouche, à présent possible avec des logiciels d’images est une grande source de plaisir : retoucher les couleurs à sa guise, réaliser des juxtapositions… Voilà qui permet de nombreuses combinaisons. A l’infini, comme on peut prendre des photos indéfiniment car une image ne sera jamais identique à la précédente même si un 1/15 de seconde les sépare. Je n’ai donc pas fini d’explorer toutes ces possibilités !

 


 
  Tous droits réservés • Bulbe 2002 - 2017