Faites vos voeux !
Etherbrian
Adolescents !
 Adolescents !
 
 
Toute l'actualité de l'image Expositions virtuelles concoctées par BulBe... Sujets divers
Rechercher :
 

Rechercher
 
 
       


retour à l'index
retour à l'index
retour à l'index
 

Souterraines
Annabelle Munoz-Rio
par elle-même

Les images sont là, méconnaissables. Elles en disent trop ou pas assez.
ll me faut prendre du recul, les laisser au temps, leur laisser du temps.
Attendre, pour lire sur une image, peut-être, l’émotion juste, le geste, une épaule qui se dévoile, un regard qui transperce et vient se caler sur la courbe d’une hanche, oui celle-là raconte mais que raconte t-elle ?
Pourquoi photographier est-il devenu pour moi une nécessité ?
Quels sont les enjeux qui parcourent mes images et avant tout l’acte photographique ?
Celui-ci repose sur une rencontre, ma rencontre avec l’Autre, souvent un proche, un familier ; le désir aussi de les faire se rencontrer le temps d’une image, différemment, dans un lieu « neutre ».
Ce ne sont pas des portraits. Ce que je tente d’explorer réside plutôt dans le rapport affectif qui existe entre deux corps, l’expression du corps m’intéressant autant que celle du visage.
Le choix de mes modèles s’avère alors essentiel ; ces personnages ne sont pas tout à fait des êtres de scène, ils se situent dans un entre-deux, êtres fictionnels et êtres réels, ils jouent, semblent interpréter un rôle ; pourtant, ils sont là, eux-mêmes, « mis à nu », se livrant, se donnant.
Il s’agit donc autant d’une rencontre que de l’impossibilité de se trouver, de se parler.

Je cours ; Est-ce une course métaphorique pour fuir, fuir ce rectangle, cet espace fermé qui s’est refermé au fil du temps ?
L’espace scénique est un intérieur où vont se révéler des entités indicibles et se jouer des tensions que la pellicule arrivera peut-être à capter.
Il est important que le hasard entre dans mes images... Images préalablement préparées, repérages des lieux, de la lumière, des personnages, de leur tenue, des couleurs, si couleur il doit y avoir, de la matière, tout semble sous contrôle ; néanmoins tout m’échappe au moment de prendre... C’est dans cet écart qu’existe mon plaisir de photographier ; c’est au sein de cet écart que le spectateur trouvera quelque chose à regarder.
Mes dernières images mettent en scène des couples âgés, des couples liés par un long temps de vie commune, des êtres plongés dans une grande solitude intérieure ; voilà ce que je ne cesse d’interroger, ce paradoxe si profond d’un lien d’appartenance, d’un lien à l’autre voulu, et cet abyme plus ou moins visible qui nous délie, cette incommunicabilité entre les êtres qui se tisse au fil des jours.

Serions-nous comme ces ions qui s’attirent et se repoussent sans cesse, en vain?


Photographie couleur extraite de l'ensemble Souterraines - 30x40 cm - 2003.

 


 
  Tous droits réservés • Bulbe 2002 - 2017